Blog Details

sec title

Le « Who’s who ? » du coworking et ateliers de Make It – 2e récolte

Nov 03 coworking 0 Comment

coworking marseille, coworkers marseille

Le « Who’s who ? » du coworking et ateliers de Make It (2e récolte)

Dans le coworking et le « makerspace » de Make it Marseille, on croise des artisans du bois, des consultants, une bijoutière, des archis, une rédactrice, des designers,etc…. Petit « Who’s who ?’ » pour faire connaissance avec les makers de Make it Marseille !

Anne-Laure Siat

Anne-Laure Siat, coworking marseilleAnne-Laure est une makeuse de la première heure, elle est à l’origine de l’installation participative ‘’en attrape-rêves’’ pour l’inauguration en 2016. Elle a également co-conçu, avec MIM, le « terrain à broder » pour les visiteurs de la Foire de Marseille de cette même année. L’ ‘’objet graphique’’, c’est ce qui anime cette joyeuse « slasheuse » puisqu’elle est à la fois designer d’événement, designer graphique, illustratrice, et enseignante.

«Mon métier, j’ai la chance de le vivre à travers trois approches : la création artistique, en tant qu’artiste designer, la relation au client et l’accompagnement concret dans ses projets graphiques, en tant que Directrice Artistique freelance ainsi que la transmission ou le partage de mon expérience en tant qu’enseignante auprès d’étudiants en BTS. J’ai beaucoup exercé en design pédagogique dans le domaine des sciences et de la santé, à Montréal, à Toulouse et à Montpellier. Lorsque j’ai débarqué à Marseille, il y a 3 ans, je n’y connaissais pas le monde de la création et du design, c’est pour cela que je suis venue chez MIM. Ici, j’ai rencontré des partenaires comme Lore, Emma, toi (NDLR : c’est moi !) et monté de beaux projets avec Make It. D’ailleurs, le prochain ‘’reliera’’ artisanat, objet d’art et graphisme pour l’un des ateliers de la Fabrique de Noël ». (NDLR : 2 et 3 décembre 2017)

Frédéric de Gasquet

Fred de Gasquet, coworking marseilleFrédéric est photographe pour de grandes marques depuis 20 ans et… agenceur-menuisier depuis 8 ans ! Il est aussi « Geotrouvetou » dans l’art et la manière de développer son activité… Au coworking, on le retrouve généralement devant ses 2 écrans surélevés sur des plots de bois ou entre l’espace M et la terrasse, au téléphone.

«Je me suis installé dans la région, il y a un an et j’ai eu besoin de travailler ailleurs que chez moi, dans mon atelier ou devant mon ordinateur. Quand je ne bosse pas des projets photo, je conçois, fabrique et pose des dispositifs d’aménagement, du mobilier pour des bureaux, des showrooms, des appartements. Je réalise aussi des objets en bois ou en laiton (ex. un écrin en bois pour un bijoutier). En général, pour mes créations, je ne m’astreins pas à une méthode standard, j’expérimente, je m’amuse pas mal et ce qui m’intéresse en particulier, c’est ce que je ne sais pas faire et qui me pousse à inventer. Il y a aussi de cela dans ce qui m’a attiré chez Make It, il y a quelques semaines : l’ouverture à la rencontre d’autres professionnels et le potentiel en matière de nouveaux usages. Ici entre les machines numériques et traditionnelles, je sais que je vais pouvoir penser différemment mes assemblages…

Guillaume Laplane

Guillaume Laplane, coworking marseilleGuillaume a été architecte pendant des années mais il est surtout danseur depuis son plus jeune âge. Danse contemporaine, Tango argentin, Danse contact et… Danse des 5 rythmes qu’il est le seul à enseigner et à faire éprouver en pleine nature. Quand il ne danse pas en Finlande ou au Brésil, il vient chez Make It  travailler sur son portable ou te proposer gentiment de l’eau parce que tu as oublié de boire pendant l’après-midi…

 «Avec la danse des 5 rythmes, j’invite à danser en contact avec la matière sur des sites naturels exceptionnels. Avec les autres membres d’un groupe, nous y reconnectons corps, cœur et esprit. Nous ouvrons un espace d’expression entre artistique et bien-être, un potentiel d’exploration, de transformation. A l’échelle d’un lieu, c’est aussi ce qui me séduit dans ce qu’incarne Make It ; cet endroit ‘’m’appelle dans les possibles’’. Ici, je sais que je peux renouer avec l’architecture, le design et retravailler le bois, réfléchir au concept architectural de cet espace de vie partagée avec Vincent comme me concentrer sur l’organisation de mes stages de danse ou ma communication. Et par dessus tout, quand je pars trois mois en déplacement, revenir ici m’est nécessaire ; cela me permet de retrouver un environnement familier et un ancrage social riche. »

Cueilli à la main par Céline Aguilera, coworkeuse chez MIM…

Partager

Add Comment