sec title

Triple A pour le coworking de Make it Marseille

Oct 03 coworking 0 Comment

Triple A pour le coworking de Make it Marseille

Géométrie variable de l’usage du coworking et des ateliers partagés : à chacun/e son métier et ses habitudes de maker*

 

Make it Marseille, c’est grAnd (450 m²), c’est confortAble (des canapés, une alcôve de réunion où l’infraction de micro-sieste n’est pas rare), c’est agréAble… tant dans l’esthétique des locaux que dans son art de vivre (et de travailler) à plusieurs. Et par dessus tout, ce lieu est surtout AdAptAble et compatible à presque tout type d’usage dans l’univers des tiers-lieux de travail.

Du matériel à l’immatériel, du sonore au studieux…

Impression

Au départ, le coworking et les ateliers partagés ont été pensés pour différents types de besoins pour des artisans, des consultants ou des professionnels de la création. Les espaces ont même été configurées selon une progression dans les usages de travail : des ateliers (ou Atelier) où l’on travaille le bois, par exemple, avec des machines traditionnelles et sonores comme la « Fabrique » à ceux où l’on s’installe devant son ordinateur au calme de la « bibliothèque ». Entre ces polarités, on peut se réunir et phosphorer à plusieurs dans l’Écurie (ou se relaxer par le yoga, comme ces jours-ci, entre midi et deux), prendre un café avec son client dans l’Espace M, pendant qu’un shooting se déroule au fond dans le studio-photo, passer à la couleur un meuble fraîchement poncé dans la cabine de peinture, réaliser son prototype d’objet avec les outils numériques ou encore faire une petite pause sur la terrasse à l’entrée…

Makers et coworkeurs, à chacun son rythme

C’est pour cela qu’on rencontre divers métiers du « faire » et du « conseil » qui cohabitent dans ce même lieu :  Ludovic est architecte, à son compte depuis trois ans, et fréquente le coworking deux jours par semaine parce qu’il apprécie en particulier la « morphologie d’entreprise » qu’offre le coworking au regard des moments où il travaille chez lui et qu’il sait qu’il peut à terme réaliser ses propres maquettes dans les ateliers. Pour Anaïs, jeune créatrice des bijoux « Sous les tilleuls », s’installer à l’établi et pouvoir disposer de tout le matériel qu’on ne peut acheter quand on se lance à peine, c’est primordial ! De son côté, Thierry, designer graphique de métier, vient chez Make It pour développer son projet artistique autour des « espressions » marseillaises ; en ce moment, il ne « dépègue » pas de la traceuse car il imprime ses visuels grand format pour sa première expo qu’il fera encadrer par Carmilla, une autre makeuse…

Parce que c’est aussi l’un des atouts du coworking pour lequel on peut ajouter un 4e A à la note de Make It Marseille : le « tissAge de liens »…

coworking-rencontre-make-it-Marseille_Michele_Moutardier42

 

Contrôle et révisions de rentrée
par Céline Aguilera, coworkeuse chez Make it Marseille

* membre de Make it Marseille

Partager

Add Comment